• Mais où va-t-on ?

     

    L’incident du 29 septembre entre le personnel de l’école et le locataire du logement attenant a dû effrayer et quelque peu traumatiser les intervenants mais les forces de l’ordre sont intervenues très rapidement pour maitriser le personnage.

    Soit !

    Mais était-il indispensable ou souhaitable d’en faire une affaire grandissante qui a échappé très rapidement à ses auteurs jusqu’aux insultes, messages anonymes proches de la diffamation et autres mots doux, même si il était normal de vouloir protéger nos enfants.

    Du recul, prenons du recul !

    Personne ne peut s’arroger le droit de critiquer comme cela a été fait, affirmer délibérément que c’est une mauvaise gestion de la crise, penser qu’on aurait fait mieux-sans savoir-et balayer d’un revers de main des années de bons et loyaux services.

    Croyez-vous que celui qui a reçu tout cela en pleine face pourra regarder le monde merveilleux de la gestion communale de la même façon ; en pensant à tous ceux qui ont, sur un coup de colère peut-être, basculé dans l’autre camp.

    Je suis attristé de tout cela et je n’ai même plus de mots pour le décrire

    Médisez, médisez, il en restera toujours quelque chose et  ça c’est pas bien

     

    Harréville est notre village, il doit rester ce havre défendu avec acharnement par quelques-uns, ressaisissons nous bon sang !!!


    12 commentaires