•     C’est le 5 juillet 2009 qu’Henri Richoux est décédé à l’hôpital où il avait été admis depuis quelques semaines.

    Il était né le 1er mars 1927 à Harréville les Chanteurs, fils cadet d’Alphonse et Hélène Richoux, agriculteurs.

    Il n’a pas quitté ce village puisqu’il y a passé toute son enfance avec ses deux frères, Fernand et Albert, il est allé à l’école communale et, très tôt, il a travaillé à la ferme familiale qu’il reprendra après avoir effectué son service militaire.

    C’est le 27 février 1954, à Parnot, qu’il épousa Bernadette Dormoy, et de cette union, sont nés quatre enfants.

    Ils ont été marqués à vie après la terrible douleur de perdre leur premier fils âgé de 2 ans.

    Puis sont venus Marie-Claire, Michel et Nadine.

    Henri travailla très durement pour exploiter, agrandir et moderniser la ferme familiale et on se souviendra de sa reconnaissance jamais démentie envers les amis et relations qui sont venus l’aider et jamais il ne refusa un service à l’un ou l’autre, c’était son caractère .

    On n’oubliera pas non plus ses engagements comme sapeur pompier volontaire et conseiller municipal.

    Ses enfants lui ont donné cinq petits enfants qui étaient sa joie profonde : Benoit, Laura, Thibaut, Pauline et Thomas.

    C’est en 1987 qu’il a pris une retraite bien méritée et il en a profité quelques années  chacun se souvenant de son plaisir à se retrouver au club des Lilas blancs.

    Mais rapidement la maladie s’est installée et l’obligeant à intégrer la maison de retraite Saint Simon à Liffol le Grand en 2001 ; il y était entouré de ses enfants souvent présents.

    En 2003, il a souffert du départ de son épouse Bernadette.

    Son état de santé s’est irrémédiablement dégradé cette dernière année.
    Henri laissera le souvenir d’un travailleur acharné, d’un ami toujours présent et d’une personnalité attachante.


    2 commentaires