• AU SECOURS, GONCOURT A DISPARU

    Au secours, Goncourt a disparu….

    Le journal du mardi 24 juillet 2018, qui est arrivé, comme tous les matins, dans  ma boîte aux lettres va devenir "collector" car il est porteur d'une nouvelle ahurissante: Le village de "GONCOURT" vient de perdre son nom.

    En effet, au détour d'une délibération du conseil Municipal de la commune "Bourmont-entre-Meuse-et-Rognon" et concernant le rapprochement de Goncourt de cette commune nouvelle pour l'intégrer, il est spécifié que la commune nouvelle accepte Goncourt et que le nom ne changera pas ce qui implique la disparition du nom de ce village comme a disparu celui de Nijon.

    Certes on le retrouvera sur les panneaux routiers (et encore ce n'est pas certain….) mais administrativement ce village n'est plus.

    Comment peut-on, quand on est représentant élu, laisser disparaître une telle référence historique, et cela en est la conséquence, un point de repère touristique ?

    Au nom de qui ou de quoi décide-t-on qu'on doit rayer de la carte de France la commune de Goncourt?

    Est-ce que la démocratie peut aller jusqu'à une telle extrémité sans  informer les habitants des conséquences d'une telle intégration dans une commune nouvelle existante ?

    J'avoue que je suis abasourdi, mais ça n'engage que moi, par les arguments sur lesquels est censée s'assoir cette décision et qui, nous dit-on, doivent permettre la survie du village pour les années à venir, survie qui doit passer par une perte d'identité ?

    Je continue à penser et à croire que le rôle et la fonction d'élu municipal ne sont pas pour étayer un titre sur une carte de visite ou la possession d'un pouvoir dont on se croit doté mais la gestion en toute honnêteté, non pas financière mais intellectuelle, du village, le respect absolu de ceux qui ont voté  pour désigner ceux qui doivent les représenter et surtout, ne trahir personne dans son action municipale.

    Nijon a disparu, Goncourt va disparaitre, à qui le tour.

    Je suis aussi très amer et étonné  que le représentant de l'Etat dans le département accepte une telle disparition.  C'est pas bien beau tout ça……

     

    Aldebert   

    « ANDRE GEORG DIT ZOUTMARIE ET YANNICK S'UNISSENT »

  • Commentaires

    8
    Albert RUIZ
    Lundi 30 Juillet à 16:54

    Je laisse la responsabilité de ses propos à "bebert52". Je l'invite néanmoins à vérifier ses sources et à ne pas faire de procès d'intention. En ce qui me concerne cette page est définitivement tournée.

    Amicalement.

    Albert RUIZ

     

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    7
    Frantz
    Samedi 28 Juillet à 18:41

    Les noms de lieux (et lieux-dits) ont tous un sens même si ce dernier n'est souvent plus compris aujourd'hui. A ce titre, ils portent un bout d'histoire, donnent une identité à un endroit. En les supprimant, la technocratie actuelle fait une grosse erreur car elle gomme des valeurs qui ne sont pas un frein à la modernité. On peut certes se désintéresser du patrimoine toponymique mais cela ne signifie pas qu'il faut jeter aux orties tout ce qu'il véhicule.

      • Clémence
        Samedi 18 Août à 14:45

        absolument, bien vu.

    6
    Albert RUIZ
    Samedi 28 Juillet à 18:24

    Je suis surpris des commentaires de monsieur Jean-Jacques Renaud concernant la décision qu'a pris le conseil municipal de Goncourt. C'est justement parce qu'ils sont élus, responsables et garants de l'avenir de leur collectivité que les conseillers municipaux de Goncourt ont décidé, à l'unanimité, de créer une commune nouvelle avec la commune de Bourmont entre Meuse et Mouzon. Il ne s'agit plus de préserver sa place de Maire, d'adjoint ou de conseiller; de sauver son petit pré carré à l'instar de ce qu'essaient de faire nos députés. Bien sûr que non! Il s'agit de mettre en place les conditions concourants à améliorer  la vie des habitants de nos communes, mettre à leur disposition le maximum de services, redynamiser nos villages, tenter d'éviter l'exode rurale et cela n'est pas chose simple. Que direz vous à vos administrés lorsque vous devrez augmenter l'imposition locale pour faire face à vos dépenses de fonctionnement? Que direz vous à vos administrés lorsque vous n'aurez plus la capacité d'investir? Que direz vous à vos administrés lorsque la voix de votre seul représentant à la communauté de communes ne sera pas entendue, parce qu'insignifiante? Il faut être aveugle ou inconscient pour ne pas se rendre compte des difficultés que connaissent nos petites communes. Je tiens également à rappeler que la commune de Goncourt avez proposé à la commune d'Harréville de créer une commune nouvelle. A cette époque, monsieur Jean-Jacques Renaud ne voyez que des avantages à une telle proposition. Il était tellement enthousiaste qu'il souhaitait que cette commune nouvelle voit le jour au 1er janvier 2018. Par ailleurs, nos deux communes, qui voulaient rejoindre la communauté de communes de l'Ouest Vosgien, voyaient leur demande systématiquement refusée par Le Préfet. J'ai pris la décision de contacter le Maire de Bazoilles sur Meuse pour lui demander ce qu'il pensait de la création d'une commune nouvelle avec les communes de Goncourt et Harréville? Sa réponse fut franche et sans ambiguïté.  "Je suis partant".

    Cette solution nous permettait de créer une commune forte de plus de 1200 habitants et de rejoindre la communauté de communes de l'Ouest Vosgien. En effet, en créant une commune nouvelle avec une commune située dans un autre département, nous avions le choix de notre collectivité.

    Le Conseil municipal d'Harréville a décidé en toute liberté de ne pas suivre cette piste et c'est leur droit le plus absolu. Même si j'ai fait savoir à ces élus, en tête à tête que le qualificatif de "versatiles" leurs convenait à merveille; je ne me suis pas épanché sur les réseaux sociaux pour faire connaître mes états  d'âme. Je dis donc, en toute amitié, à monsieur Renaud qu'il garde ses conseils pour lui et qu'il emploie plutôt son temps à peaufiner  son argumentation lorsque tel ou tel administré  viendra lui réclamer des comptes. Je rassure tout le monde, la commune de Goncourt deviendra commune déléguée avec son Maire et ses adjoints, le budget de la commune nouvelle s'élèvera à plus d'un million d'euros, les impôts n'augmenteront pas, certains même baisseront, les dotations de l'état, (contrairement aux communes isolées), seront maintenues et augmentées de 5% (source percepteur) et l'origine des frères Goncourt ne changera pas. Curieusement en rejoignant "Bourmont petite citée de caractère" nous sommes de plus en plus sollicités culturellement. FR3 vient d'ailleurs nous rendre visite prochainement. 

    Je souhaite néanmoins le meilleur, à nos amis  de la commune d'Harréville les Chanteurs, pour le futur.

    Albert RUIZ Maire de Goncourt et futur Maire de Goncourt commune déléguée de la commune nouvelle de Bourmont entre Meuse et Mouzon. (Mon pseudo c'est mon nom!!!)

     

      • bebert 52
        Lundi 30 Juillet à 10:21

        Mr RUIZ, vous n'avez rien a dire,et surtout vous n'avez pas a vous meler des affaires d'harreville,on sait que vous vouliez par un temps gerer notre commune mais Mr LAMBERT a tenu bon et merci a lui,vous n'etes pas a la hauteur,notre maire n'a jamais dit a ses administrés,je cite;  vous commencez tous par me faire chier,  comme vous l'avez dit a une personne de goncourt venu vous reclamer un document,alors merci de vous taire et bon vent avec bourmont

      • Samedi 28 Juillet à 18:50

        Aldebert n'a aucun commentaire à faire et laisse l'auteur seul juge de ses propos.

    5
    fnr
    Mercredi 25 Juillet à 22:54

    Il est évident que ces petits villages sont sous pression... perte des services publics, perte des commerces, perte des offices religieux et autres. Les équipes municipales font ce qu'elles peuvent pour se sortir de ces spirales infernales et tout le monde sait que ce n'est pas simple. Néanmoins, les maires et leurs conseils municipaux ne doivent surtout pas oublier qu'ils sont les successeurs des édiles du passé et qu'ils sont en charge de l'histoire et de la culture de leur commune.

    Dans le cas de Goncourt, son histoire se confond ponctuellement avec l'histoire nationale par l'intermédiaire des frères Goncourt et du prix Goncourt qui y est encore associé. Effacer le nom du village c'est effacer un bout d'histoire. Que dira-t-on à nos petits enfants qui nous demanderont où est Goncourt ? Les élus ne doivent pas gérer comme ils "veulent" mais  doivent se rappeler qu'il sont les représentants de leurs administrés. Faire disparaître le nom d'un village, et je ne parle pas de Goncourt uniquement, n'est surement pas de la "bagatelle" mais un manque de respect total à l'histoire et aux anciens qui ont bataillé ferme pour leur village. N'oublions pas que "l'histoire est la conscience de l'humanité " (Émile Girardin) et que l'effacer d'un trait de plume est un geste bien inconséquent.

     

     

    4
    Zizou
    Mercredi 25 Juillet à 10:57
    Arrêté la guerre entre goncourt et harréville vous les élus chacun mène sa commune cole il le veut de toute façon nous les petits village sommé perdus bientôt plus d'école plus de commerce demenageons pour trouvé du travail alors les histoire de nom de commune c'est de la bagatelle faite l'amour pas la guerre comme dit le dicton alors les conseillers faites en bon usage.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :