• Quelquefois, c'est pas beau la politique…

    Nous ne pouvons, ni ne voulons, mettre en doute les qualités et les bienfaits de la Démocratie mais il semblerait que certains en prennent un peu à leur aise avec cette base de notre République même si ce dernier mot est aussi, disons galvaudé.

    Cette démocratie s’exerce du plus haut niveau de l’Etat jusqu’au dernier échelon de notre organisation des différentes collectivités régionales, départementales et locales.

    Les dernières lois portant organisation de notre millefeuille n’ont pas arrangé les choses malgré les promesses et arguments plaidant pour ces changements.

    Le tout est dominé et étroitement surveillé par l’Etat et ses éminents représentants que sont les Préfets.

    En Haute-Marne, la réforme des communautés de communes ne s’est pas faite sans grincements de dents, laissant les représentants élus de communes, dernier échelon de ce montage, sans voix, voire même désabusés et las.

    Les maires des petits villages, élus par les habitants qui se connaissent tous, dans leur grande majorité, essaient de gérer au mieux leur village et de répondre aux aspirations de leurs concitoyens sans a priori, sans idées préconçues et surtout sans arrière-pensée politique guidant certaines actions.

    Les villages d’Harréville et Goncourt  œuvrent depuis plus de trois ans, en accord avec leurs populations, pour se rapprocher de leur bassin de vie qu’est la ville de Neufchâteau située dans les Vosges.

    En effet, ils en sont à moins de 10 km et y font la quasi-totalité de leurs démarches quotidiennes en matière de commerce, écoles, Hôpital, médecins et spécialistes, musique, sports,  loisirs, secours pompiers  et bien d’autres domaines, sans compter que géographiquement les territoires de ces deux communes est encastré dans les Vosges.

    Vous n’allez pas le croire mais, le Préfet des Vosges, sur l’avis de la Commission départementale de coopération intercommunale, a émis un avis favorable tout comme la communauté de communes qui pourrait accueillir Harréville et Goncourt, de « l’Ouest vosgien ».

    La CDCI de Haute-Marne a, elle, refusé le départ des deux communes avec le soutien, à peine voilé, du représentant de l’Etat de Haute-Marne en développant des arguments tendancieux comme : la stabilité des intercommunalités…., le manque d’étude sur le bassin de vie…., le bilan économique ….,(si on peut m’expliquer ce que cela veut dire, je suis preneur).

    L’INSEE, que l’on ne peut suspecter de parti-pris, dans ses nombreuses études démontre sans ambiguïté l’existence réelle du bassin de vie de Neufchâteau.

    Pour couronner le tout, il a été avancé comme argument suprême, Il ne faut pas que ce soit le choix d’un jour et  Faire ses courses à Neufchâteau, est-ce suffisant pour intégrer l'Ouest Vosgien ? petites phrases qui laissent un goût amer aux deux Maires qui se sentent considérés comme des petits garçons capricieux qui jouent avec l’avenir de leurs concitoyens.

    Et pour finir, comment considérer sans sourcilier que le Maire de Liffol-le-Petit, dont le village a été intégré à la Communauté de communes de l’Ouest vosgien il y a déjà plusieurs années, est un hurluberlu qui a pris un décision d’un jour, en tous les cas les habitants ne le regrettent pas, en précisant que cette intégration l’a été après un avis favorable de la même CDCI qu’aujourd’hui..

    Toutes ces nouvelles lois et leurs applications aux forceps tournent la tête des dirigeants qui se mettent à quitter les actions de bien-être de leurs administrés pour des actions politiques qui tiennent plus de leur confort personnel et de leur éventuelle prochaine réélection.

    Peu importe ce que pensent les habitants de ces deux villages.

     

    Ce n’est pas très beau la politique à ce niveau et tout cela me laisse bien perplexe.


    1 commentaire